Sweet Micky met Sen Domeng sou konpa !

Michel Joseph Martelly n’a plus rien à prouver avec Sweet Micky. Le groupe aura bientôt trente années de folles ambiances à son actif et le chanteur aura parcouru des centaines de scènes et de festivals avec une équipe qui s’est renforcée en cours de route. Le groupe avait rendez-vous à Saint-Domingue, le 18 novembre, pour une soirée prestigieuse à laquelle Ticket a assisté.

Le samedi 18 novembre 2017, au Guacara Taina, Mirador del Sur, en plein cœur de la république voisine, l’ancien président a offert une animation dont lui seul connaît le secret. Il se produisait devant un public métissé, où plusieurs générations se sont retrouvées. La musique jouée dans ce club souterrain, cette grotte extraordinaire, a entraîné un corps à corps harmonieux entre Dominicains et Haïtiens le temps d’une danse sur la piste et dans le carré VIP.

Michel Martelly n’a pas changé, les cinq ans à la tête du pays n’ont pas eu raison de son tempérament d’entertainer, d’animateur. L’homme a mûri, l’artiste a grandi. Il a usé de diplomatie lors de sa performance devant les hauts fonctionnaires des deux peuples attablés ou debout pour un kole-sere. L’autoproclamé président du compas a mélangé les rythmes. Merengue, rap, bachata, tous sur fond de compas direct. Sweet Micky « met konpa nan janm tout moun ».

Au cours des quatre heures qu’a duré le bal, Michel Martelly a assuré. Aux commandes d’une équipe compacte, et avec un Roro Nelson qui assure ses arrières au micro, tout lui a paru plus facile. Alex et Welton caressent encore les cordes aux deux extrémités du podium, après plus d’un quart de siècle au dos de celui qui a été le messie de cette soirée à Saint-Domingue.

Le chanteur tèt kale de Sweet Micky a aussi rendu hommage au prodige haïtien Felix Cumbe, ex-chanteur de Super Stars d’Haïti et enfant chéri des Dominicains, en reprenant l’un de ses tubes en espagnol.

Ticket

Leave your thought